“Batterie ine faible, moteur ine fini, carosserie ine déclinquée”.

juillet 21, 2017

Il n’est pas facile à digérer. La pilule est certes amère. Mais on s’obstine à nous la faire avaler à chaque instant. Histoire de nous faire endormir aussi longtemps que possible pour qu’enfin ils soient libres de faire ce qu’ils veulent. Ils n’ont de compte à rendre à personne, semble-t-il. Même pas au parlement, puisqu’ils essayent par tous les moyens d’esquiver l’opposition ou de faire en sorte que le “question time” soit épuisé dans des palabres.

L’agenda semble être tout autre. Vous avez dit soulager la misère des gens? Qui voudra sacrifier sa poche pour une autre?

Tandis qu’à un certain niveau on ne jure que par des millions ou milliards, les petits gens doivent se contenter de 10 sous. La logique? Certains sont nés et ont grandi avec des cuillères à la bouche. Ils ont été servi dans des plateaux en or et ont droit, qu’on le veuille ou non, aux limousines au frais de sa majesté. Des anti-balles justement parcequ’ils disent être des cibles potentiels de la mafia pour avoir reçu des menaces. Nous n’avons pas le droit de nous en douter. La police agi promptement dans de tel cas. D’autres moins fortunés doivent se contenter de leur pioche et velo sans protection aucune. Et c’est à ces petits gens-là que s’appliquent les lois du pays, les normes environnementales, et autres principes de “serre ceinture”.

On entend souvent au plus haut sommet de l’état que c’est le pays avant tout. Et qu’on fera en sorte qu’on serait sans pitié (meme s’il s’agit des proches) afin de préserver l’image et l’honneur du pays. On parle beaucoup de l’intérêt superieur du pays. Si tel était vraiment, sincèrement, et honnêtement le cas on aurait dû suivre l’example de Thérésa May. N’avait-on pas fait reference à celle-ci au moment de la passation de prime ministership? Suivant la même logique on aurait du appeler le pays aux urnes pour donner un nouveau souffle avec une équipe saine qui dirigerait dans la sérenité et la sobriété. Il est plus qu’urgent de le faire.

De scandales aux scandales, des révélations aux revelations; pas un seul jour de répit. La situation est tellement stressant, grave meme, avec tout ce qui se passe autour de nous. La commission d’enquête sur la drogue permet, jusqu’à un certain degré, de voir la face caché de certains. Soit dit en passant, il faut saluer le courage et la determination de l’ex-juge Lam Shang Leen et ses assesseurs qui ne lésinent pas sur les moyens afin de fouiller de fond en comble pour essayer d’amener des figures de proue à s’expliquer sur certains de leur agissements. Jamais auparavant n’aura-t-on vu autant de parade des gens “célèbres”, avocats, parlementaires, nominés ou partisans politiques et autres, proche du pouvoir, devant une commission d’enquête sur la drogue. “Est pris celui qui croyait prendre,” dit l’adage.

Certains parlementaires, et non des moindres, se comportent comme des hors la loi, allant jusqu’à intimider ceux qui ne sont pas du même bord. Est-il vrai qu’un “super minister” aurait menacé de mort un autre élu si on interprête bien ce qui suit: “si mo bodyguard ti donne moi révolver mo touye li dans parlement. Sa meme ki appelle djihad,” (en se référant à un autre parlementaire qui occupe une position constitutionelle)? Tout cela devant un parterre d’invités à une célébration religieuse. Quelle ironie! N’y a-t-il pas matière à enquête, arrestation ou poursuite pour menace de mort et incitation à la haine raciale ou terrorisme avec le mot “djihad prononcé devant une audience sensible? Et si c’était le citoyen lambda qui aurait proféré une telle menace à qui que ce soit et utilisé un mot à connotation terroriste? Quel est le role du responsable de “law and order”?

Et on ose s’étonner d’autant de crimes ou de vols avec violence? Si ceux qui sont censés garantir l’ordre et la sécurité dans le pays se résignent devant des conneries des grands qui se comportent  en bandits, que peut-on attendre des autres? Mais ce n’est pas une raison pour autant de tomber dans la criminalité et de la tolérer. Loin de là.

Tout ça n’est que symptome de mal-être dans le pays. Rien va plus. L’on se sent désorienté. Non, mais c’est sérieux tout ça. Le gouvernement semble lamentablement épuisé. Avec autant de casseroles à la traine, “batterie ine faible, moteur ine fini, carosserie ine declinquée”. Est-ce qu’on peut toujours se fier à un vehicule délabré? La partielle attendu dans la circonscription no 18, Belle Rose – Quatre Bornes (si partielle il y aura) agira certainement comme une épreuve déterminante.

Publicités

De Grandes Attentes

juillet 20, 2017

On dirait que nous vivons à l’ère ou l’égoisme semble être à son comble. Les attentes sont grandes face à l’inégalité palpable. Les valeurs de la démocratie donnent signe d’effritement et de caducité, du moins dans notre ile dite paradisiaque, mais qui de jour en jour donne l’appparence de sombrer inéluctablement et inexorablement dans une spirale infernale. A moins d’être atteint ou de faire semblant d’être atteint de cécité, on devrait mieux voir ce qui se passe autour de soi.

Et si Abraham Lincoln était encore vivant il aurait eu sans doute à revoir sa copie de la démocratie, surtout dans notre contexte à nous. On serait tenté de se croire dans une démocratie adultérée: “Government by the people BUT NOT for the people. Government for self service and service of party slaves”. C’est ce qui résonne à en croire les différentes opinions et commentaires dans les media ou réseaux sociaux, meme dans les rues. Sinon comment expliquer, d’une part les multi-millions aux petits copains/copines, et de l’autre, la privation du remboursement de leurs dues aux personnes qui ont, en majorité, investi à la sueur de leur front dans des entités qui ont tout simplement été gommées d’un trait de plume pour des raisons occultes. Beaucoup peine à comprendre les raisons (réelles et valables) du demantèlement d’un de nos joyaux du développement économique. Comment expliquer aussi l’étendue du traffic de drogue malgré des gardes-fou dites solides. Comment expliquer encore les arrestations (arbitraries)en grande pompe pour ensuite culminer souvent en non-lieu. Soit on est dupe, ou on a été dupé.

La population s’est résignée, si bien qu’elle est devenue impuissante, face à des gouvernants qui n’ont rien à envier au style Mafiosi: “Tais-toi. Si tu lèves la tȇte je l’écrase”. La population jauge mal sa propre force. Elle vit souvent dans la léthargie émotionnelle, ce qui l’affaiblit lamentablement. Et pourtant elle est capable de faire bouger les choses. L’initiative des grevistes de faim du SCBG/BAI démontre jusqu’ou on peut aller pour réclamer justice face à une décision (dictatoriale, dirait l’autre) qui les a privé de leurs dues et les a mis pratiquement hors circuit. Et dire que certains aujourd’hui prétendent être “wise after the event”. Les décideurs semblent être pris dans leur propre piège et peinent toujours à satisfaire les victimes collatérales.

L’opposition à plusieurs têtes semble réduit à simple figurant. Difficile de mener une action commune ou coordonnée. L’idéologie des uns diffère de celle des autres. La fragmentation constitue un handicap sévère à faire avancer la cause d’une population qui subit tanquillement les caprices du systeme.

Est-ce qu’on peut à fortiori espérer (on dit souvent l’espoir fait vivre les imbéciles) d’avoir un jour un governement digne de ce nom, qui gouvernera d’une manière plus professionnelle et humaine, sans motif occulte apparent de vengeance et de destruction ou de vol au grand jour des édifices qui ont contribué d’une façon significative au développement du pays? Etait-ce pour valider le droit (quel droit!) de brader les biens d’autrui et faire souffrir des innocents qu’on avait mis notre croix au bulletin de vote? Notre bonne foi n’a-t-elle pas été trahie?. Aurait-on pu éviter des grèves de faim? Fallait-il qu’on arrive jusque là? Y a-t-il maitre à bord? La réponse c’est: “Mo péna réponse.” Aussi simple que ça.

La cacophonie dont nous sommes privilégiés à chaque retransmission en directe des réunions de notre “auguste” (auguste vous dites?) assemblée n’augure rien de prometteur, encore moins d’honorable. A voir les images on se croirait dans une école des sourds. Des interventions qui échappent au contrôle de celle qui est censée garantir l’ordre et l’impartialité. Les images en direct ne peuvent mentir. Autant nous épargner de ces images si c’est seulement pour nous gratifier des devolus partisans et d’invectives indésirables. Continuer sur cette lancée produira, sans le vouloir, une population hypertendue, ou alors aggravera davantage l’état déjà hypertendu de certains. Oui cette maladie non-transmissible, parmi d’autres, peut bien découler selon qu’il y ait un bon ou un mauvais gouvernement. Notre “lifestyle” en depend d’une grande mesure.

Il est encore temps. Le tir peut être réctifié. La réussite et l’honneur appartiennent à ceux qui arrivent à reconnaitre leurs erreurs et prendre des mesures appropriées pour changer le cours d’une façon positive pour le bien de ceux qui sont en attente . La grandeur d’âme éxige qu’on prenne le taureau par les cornes en vue de renverser la vapeur. Réveillez-vous chers honorables. Le discernement est à votre portée.  L’histoire vous veille.

Rise up to honour the great expectations the population had at the time of tendering their votes. Et cela s’applique aussi bien à ceux qui sont au commande comme à ceux à l’opposé.